dimanche , 27 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Pour éviter de grignoter, occupez-vous l’esprit

Pour éviter de grignoter, occupez-vous l’esprit


Toute la journée, vous ne pensez qu’à elle… Cette tablette de chocolat confortablement installée dans le placard de la cuisine ou ce paquet de chips caché dans le buffet. Rien à faire, ces aliments ne quittent pas votre esprit. Pourtant, selon les conclusions d’une étude menée par des psychologues de l’université de Sussex (Royaume-Uni), ce ne serait pas si difficile que cela de les oublier. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal of Experimental Psychology: General and Appetite.

Les scientifiques assurent que s’occuper l’esprit en réalisant certaines tâches pouvait permettre de se protéger de certaines envies alimentaires. À l’inverse, de précédentes études avaient mis en évidence que manger de manière distraite pouvait conduire à une suralimentation. Cette nouvelle étude a été divisée en deux recherches. 

Sollicitez votre cerveau

  • Au sein de la première recherche, tous les participants ont pris part à un exercice de recherche visuelle. Ils devaient trouver une lettre parmi une série de lettres. Au cours de cet exercice, des images d’aliments attrayants comme du chocolat, des beignets et des objets non comestibles ont été projetées à la vue des participants. Les chercheurs ont mesuré à quel point les participants étaient distraits par ces images et dans quelle mesure cela pouvait impacter leur temps de réaction. 
  • La deuxième étude était composée d’une seule expérience dans laquelle les participants étaient invités à tenir une barre de chocolat dans leur main et à évaluer leur goût, leur faim et leur envie de chocolat, avant d’effectuer la même tâche de recherche visuelle que celle réalisée dans la première étude. Les participants devaient ensuite appuyer sur un bouton chaque fois qu’ils se surprenaient à penser au chocolat. 

En conclusion, les participants étaient moins distraits par les images de nourriture et moins susceptibles de se souvenir des images de nourriture, lorsque celles-ci étaient présentées lors d’une tâche faisant appel à plus d’attention. Grâce à la deuxième expérience, les chercheurs ont constaté que le cerveau est moins parasité par des pensées alimentaires quand il est occupé par une tâche exigeante.

À lire aussi

Première apparition