mercredi , 22 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Pour éviter le blues des fêtes, oubliez les douceurs sucrées

Pour éviter le blues des fêtes, oubliez les douceurs sucrées


Une équipe de psychologues cliniciens de l’Université du Kansas (Etats-Unis) affirme que la forte consommation de sucre pendant la période des fêtes pourrait être le déclencheur des processus métaboliques, inflammatoires et neurobiologiques liés à la dépression saisonnière. Autrement dit, pour éviter le blues de l’hiver, il vaut mieux éviter de se jeter sur les boîtes de chocolat et les friandises de Noël.

Trop de sucre aggrave l’humeur

"Cette consommation importante de sucre, couplée à la baisse de la lumière du solstice d’hiver et aux nuits plus courtes perturbe les personnes sujettes aux humeurs dépressives. Et peut même mener 5 à 10% d’entre eux à souffrir d’une véritable dépression" soulignent les auteurs de cette étude, publiée sur Science Direct.

Selon les auteurs, les effets du sucre sont pernicieux. Dans un premier temps, leur consommation réconforte et a même des effets positifs sur le moral. Mais en trop grande quantité, cela a des effets paradoxaux et aggrave le mal-être.

Les conclusions de cette étude rejoignent une autre étude américaine publiée en 2015, qui montrait que les femmes ménopausées consommant fréquemment des sucres raffinés avaient un plus grand risque de dépression que les autres.



Première apparition