mardi , 22 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Projet de loi pour les superinfirmières déposé

Projet de loi pour les superinfirmières déposé

(Québec) La ministre de la Santé, Danielle McCann, a déposé, mercredi, le projet de loi 43 pour accroître les activités des infirmières praticiennes spécialisées (IPS), communément appelées superinfirmières.

Caroline Plante
La Presse canadienne

Elle avait sonné la fin de la tutelle exercée par les médecins sur les superinfirmières en mai dernier, en annonçant que celles-ci pourraient bientôt poser des diagnostics, déterminer des traitements et prescrire des médicaments. Mais pour devenir réalité, ce changement majeur nécessitait l’adoption d’une loi suivie de règlements.

La ministre — qui était accompagnée en mai du président du Collège des médecins, Mauril Gaudreault, et du président de l’Ordre des infirmiers et infirmières, Luc Mathieu — avait parlé d’un moment « historique » qui allait se traduire pour les patients par un meilleur accès au réseau de la santé.

En clair, les patients pourront se fier aux superinfirmières pour traiter tous les problèmes de santé courants (otites, infections, blessures, etc.), de même que les maladies chroniques (ostéoporose, arthrite, arthrose, migraines, par exemple). On pourra aussi les consulter pour des cas de pédiatrie et de santé mentale, notamment.

Si elles sont confrontées à un cas plus complexe (multipathologie, cancer ou autre), elles devront alors inviter le patient à consulter un médecin.

À l’heure actuelle, les superinfirmières peuvent uniquement poser des « hypothèses de diagnostic » pour six maladies chroniques. L’hypothèse doit être confirmée dans les 30 jours par un médecin, qui arrondit ainsi sa rémunération.

Les superinfirmières sont des professionnelles de la santé qui doivent détenir une maîtrise en sciences infirmières, plus un diplôme complémentaire en science médicale, suivis d’un stage de 950 heures.

Il y a actuellement 600 infirmières praticiennes spécialisées au Québec, exerçant leur profession dans les Groupes de médecine familiale (GMF), les CLSC et les hôpitaux.

Le gouvernement précédent s’était fixé un objectif : en compter 2000 d’ici 2023-2024. L’objectif est maintenu par le gouvernement actuel.


Première apparition