mercredi , 12 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Quelle tenue pour faire du sport en été ? – Santé

Quelle tenue pour faire du sport en été ? – Santé

Le bon choix de vêtements peut aider à mieux supporter les températures estivales. Mais le choix n’est pas toujours très simple.

Lors de températures estivales élevées, faire du sport, c’est suer et boire beaucoup d’eau. Rien d’étonnant car seulement 20 à 25% de l’énergie consommée est convertie par les muscles en mouvement, le reste en chaleur. Sans  » système de refroidissement « , votre température pourrait grimper après une heure de pratique sportive intensive à 10°C de plus que la normale, bien au-delà de ce que le corps peut supporter.

Lors de températures estivales élevées, faire du sport, c’est suer et boire beaucoup d’eau. Rien d’étonnant car seulement 20 à 25% de l’énergie consommée est convertie par les muscles en mouvement, le reste en chaleur. Sans  » système de refroidissement « , votre température pourrait grimper après une heure de pratique sportive intensive à 10°C de plus que la normale, bien au-delà de ce que le corps peut supporter. Une température de 11 à 13°C est idéale pour pratiquer un jogging. Pour les cyclistes en revanche, c’est souvent trop frais car le vent ressenti quand on avance favorise le refroidissement. Ils supportent dès lors beaucoup mieux les températures élevées de la journée. Si vous n’êtes pas du matin pour profiter des heures plus fraîches en été, ou si les températures matinales restent élevées – lors d’une vague de chaleur par exemple – votre tenue de sport peut faire un peu la différence. Certains sportifs ne jurent que par des fibres naturelles telles que le coton. Certes, un coton dont les fils sont peu resserrés donne effectivement une sensation de fraîcheur, mais il retient l’humidité, devient moite lorsque vous commencez à transpirer et va désagréablement coller à la peau. Surtout en présence d’un taux d’humidité important. Les vêtements de sport synthétiques, généralement à base de fibres en polyester, sont à privilégier. Les fibres absorbent rapidement la transpiration et s’élargissent, facilitant l’évaporation. Les microfibres, des fibres synthétiques ultrafines, favorisent encore cet effet. Grâce à une conception et des techniques de tissage ouvert, les fibres synthétiques créent un contact cutané et un confort accru, même mouillées ; elles augmentent le pouvoir de ventilation, ce qui favorise l’évacuation de la transpiration, donc de la chaleur. Les fibres synthétiques existent sous de multiples formes et finitions. En tant que profane, vous ne percevrez pas ces différences à l’oeil nu, mais l’effet sur leur qualité d’évaporation, la formation d’odeur, la protection contre les rayons ultraviolets et la sensation de confort peut être impressionnante. Les marques de qualité se doivent de préserver leur réputation et proposent généralement de meilleurs produits que les marques bon marché, mais vous ne découvrirez ce qui vous convient et qui dure… qu’en achetant et en testant. Il n’existe en effet pas d’étude indépendante à ce sujet. Lorsque les bactéries cutanées décomposent les sécrétions corporelles telles que la sueur, le sébum et les cellules mortes de la peau, les déchets s’ancrent chimiquement dans les fibres synthétiques, provoquant une mauvaise odeur tenace. Pour éviter cela, les producteurs intègrent des ions d’argent dans les fibres, car il est prouvé qu’ils freinent le développement de bactéries. Souvent, ces producteurs ne mentionnent pas quelles substances ils intègrent dans leurs vêtements, se contentant de signaler qu’ils sont  » anti-odeur  » ou  » hygiéniques « . Mieux vaut se méfier : un test suédois montre que 28 % des vêtements prétendus  » anti-odeur  » ne répondaient pas à cette affirmation lors du premier test ; et 60% perdaient toute action après 10 lavages (1). Seuls quelques produits conservaient leur effet par la suite. Une étude américaine a constaté un effet élevé et durable, même après 3 lavages de 24 heures (2). Mais ce n’était pas le principal objectif de l’étude qui ne testait d’ailleurs qu’une seule marque. On ne peut donc guère compter sur des informations fiables. Au repos, on se débarrasse de la majeure partie de notre chaleur corporelle par rayonnement, cette chaleur que l’on produit lorsque l’on s’est assis sur un siège par exemple. Lorsque nous pratiquons un sport, c’est l’évaporation qui joue le rôle le plus important dans notre thermorégulation (régulation de la température). La sueur sur la peau exposée au moindre souffle de vent va rafraîchir la peau. Mais il y a le problème de l’humidité ambiante : que l’air soit saturé de 50 ou 80% d’humidité, nous le remarquons à peine, mais cela a un grand impact sur le refroidissement de l’organisme. En présence d’un taux d’humidité peu élevé, la transpiration s’évacue très facilement, ce qui donne une délicieuse sensation de fraîcheur… Et le choix d’un vêtement adéquat permettra cette bouffée de fraîcheur. Sauf que c’est plutôt rare dans notre pays (3) ! Il y règne généralement une forte humidité, ce qui entrave l’évaporation. Mais quiconque est bien entraîné et habitué à ces conditions est mieux à même de supporter une température et une humidité élevées, qui plus est avec les vêtements qui y aideront.


Première apparition