mardi , 25 février 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Sport : l’importance d’un bon soutien – Santé

Sport : l’importance d’un bon soutien – Santé

Le développement des seins est la principale raison qui retient les jeunes filles et les jeunes femmes de faire du sport – parce qu’elles ont mal ou sont gênées par les mouvements de leur poitrine. Ces désagréments peuvent très facilement être évités par un bon soutien-gorge !

On constate que les filles pratiquent moins de sport que les garçons. Lorsque leur poitrine commence à se développer, les filles sportives sont nombreuses à arrêter le sport. C’est que leurs seins les encombrent, au sens le plus littéral du terme… Dans une étude réalisée au Royaume-Uni auprès de quelque 2000 filles de 11 à 17 ans, environ la moitié essayai d’échapper aux cours de gym à l’école parce qu’elles avaient honte de leur poitrine ou que celle-ci les gênait ou leur faisait mal1.

On constate que les filles pratiquent moins de sport que les garçons. Lorsque leur poitrine commence à se développer, les filles sportives sont nombreuses à arrêter le sport. C’est que leurs seins les encombrent, au sens le plus littéral du terme… Dans une étude réalisée au Royaume-Uni auprès de quelque 2000 filles de 11 à 17 ans, environ la moitié essayai d’échapper aux cours de gym à l’école parce qu’elles avaient honte de leur poitrine ou que celle-ci les gênait ou leur faisait mal1. La taille des seins avait clairement son importance : les jeunes filles avec un bonnet D ou plus participaient sensiblement moins aux cours d’activité physique que leurs compagnes plus menues. Plus de trois quarts d’entre elles manquaient d’assurance et certaines craignaient même d’avoir une poitrine trop volumineuse pour (pouvoir) faire du sport. Elles ne savaient pas ou peu quel type de soutien-gorge leur convenait le mieux, à quoi faire attention lors de l’achat ou comment éviter les douleurs en bougeant. Moins de 10 % portaient systématiquement un modèle de sport et même dans ce groupe, les participantes avaient du mal à juger si la taille était bien adaptée. Elles étaient presque toutes demandeuses d’un complément d’information, en particulier vers 14 ans. Il est difficile de savoir si les chiffres sont comparables dans notre pays, car il n’existe pratiquement pas d’études sur la question au niveau mondial. C’est d’ailleurs assez surprenant lorsque l’on songe que les athlètes de haut niveau sont toujours les premier(e)s à explorer la moindre piste pour améliorer leurs performances… et pourtant, sur ce plan, grand silence ! D’après l’Australienne Julie Steele, pionnière dans ce domaine, 1 athlète de haut niveau sur 5 estime que sa poitrine affecte négativement ses prestations et 1 sur 3 encourt même des lésions. Elles sont toutefois moins de 10 % à en parler à leur entraîneur ou au staff médical2. Même chose dans les marathons, auxquels participent près d’un tiers de femmes : lors de l’édition 2012 de celui de Londres, il est apparu que les temps réalisés par ces dernières augmentaient de 5 à 8 minutes par taille de bonnet3. Certes, les femmes à la poitrine généreuse sont souvent aussi plus fortes de façon générale, mais le poids ne suffisait pas à lui seul à expliquer la différence. Un tiers des participantes déclarai aussi ressentir des douleurs à ce niveau. Les sportives sont trop peu nombreuses à porter un soutien-gorge adapté. Pourtant, il améliore les douleurs et l’inconfort d’environ 85 % et limite les mouvements des seins de plus de 60 %. Les variantes de type brassière, qui compriment la poitrine, sont plus efficaces qu’un modèle plus conventionnel à bonnets et semblent également assurer un confort accru4,5. Dénicher un soutien-gorge adapté n’est toutefois pas si simple. Il n’existe guère de recherches systématiques sur les modèles qui offrent un soutien optimal… et ce n’est d’ailleurs pas évident, car la forme, la fermeté, l’écart et la sensibilité des seins diffèrent fortement d’une femme à l’autre. En plus, il n’existe pas de standards reconnus au niveau international pour les fabricants, médecins et chercheurs6. En définitive, il s’agira donc de procéder par essais et erreurs pour trouver le bon. Enfin, précisons encore que les femmes avec une poitrine forte devraient idéalement choisir un modèle aux larges bretelles (au moins 4,5 cm de préférence) pour un confort optimal7. Et les bretelles verticales semblent également plus confortables que celles qui se croisent dans le dos, et qui n’apportent finalement guère de bénéfices pour les mouvements8. Les bretelles croisées exercent également une pression plus haut sur les muscles des épaules, ce qui peut être désagréable. Si vous voulez encourager votre fille à mener une vie active et sportive, aidez-la à trouver le soutien-gorge qui lui convient ! Proposez-lui d’acheter une brassière de sport, demandez-lui si ses seins lui font parfois mal lorsqu’elle fait de l’exercice et emmenez-la dans un magasin où une vendeuse expérimentée pourra lui donner de précieux conseils…


Première apparition