mardi , 29 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » #StopAccouchementMasqué : accoucher avec un masque, un traumatisme pour certaines mères

#StopAccouchementMasqué : accoucher avec un masque, un traumatisme pour certaines mères


L’épidémie de Covid-19, qui s’est installée sur la planète fin 2019, a investi la quasi totalité des aspects de notre vie quotidienne… Y compris la naissance. Ainsi, tandis que le port du masque se généralise dans les grandes villes (Paris, Strasbourg, Marseille…), certaines maternités obligent les futures mamans à porter un masque de protection contre le coronavirus pendant l’accouchement.

Après 39 heures de travail, Lauranne (39 ans) a ainsi accouché de son premier enfant masquée : "c’était un heureux événement parce que j’ai rencontré mon fils, mais j’espérais tellement que ça se passe autrement (…) Après chaque contraction, à chaque poussée, je n’arrivais pas à reprendre mon souffle, j’avais envie de vomir. Le masque était humide, j’avais très chaud, donc ça rajoutait encore plus de difficultés à respirer" a-t-elle confié à nos collègues d’Europe 1.

Problème : en l’absence de directives claires, à l’heure actuelle, chaque établissement fait respecter ses propres règles. "Pour l’instant, c’est à chaque maternité, voire à chaque soignant de décider en fonction du service. Ce n’est pas acceptable" explique Sonia Bisch, fondatrice du collectif "Toutes contre les violences gynécologiques et obstétricales".

Le masque pendant l’accouchement, "nécessaire même si malcommode"

Sur les réseaux sociaux, derrière le hashtag #StopAccouchementMasqué lancé par le collectif le 8 septembre dernier, les témoignages se multiplient : "la sage-femme a demandé à ce que je mette mon masque alors que je devais pousser" raconte une internaute ; "j’ai demandé à ôter mon masque pour passer, on m’a répondu non! Je respirais très mal et la prise d’air était très compliquée" se souvient une autre.

Pour faciliter la vie des futures mamans, le Conseil national des gynécologues et obstétriciens de France (CNGOF) recommande le port de la visière pendant l’accouchement, une solution jugée moins contraignante. Mais pour le Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens (SYNGOF), "le port du masque est nécessaire dans certaines zones où les poussées épidémiques sont vives, même si c’est très malcommode pendant le travail"…

À lire aussi :

Les bébés du confinement, épisode 4 – Claire

167 000 Françaises vivent dans un désert obstétrique

Elle "vlog" son accouchement en direct



Première apparition