mercredi , 1 avril 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Suicide : augmenter le salaire minimum aiderait à diminuer les risques

Suicide : augmenter le salaire minimum aiderait à diminuer les risques


Et s’il suffisait de presque rien pour lutter efficacement contre le suicide ? Dans une nouvelle étude, parue dans le Journal of Epidemiology & Community Health, des chercheurs affirment qu’aux États-Unis, une hausse d’un dollar seulement du salaire minimum suffirait à faire baisser le taux de suicide de 3,5 à 6% en moyenne.

Si le risque de suicide est souvent associé à des difficultés financières, l’impact potentiel de mesures politiques et économiques concrètes est moins connu.

Aussi l’équipe s’est-elle attelée à mesurer les variations de salaire minimum entre les 50 États, et les taux de chômage et de suicide de ces États, chez les 18-64 ans et pour chaque mois entre 1990 et 2015. Durant cette période, les chercheurs ont recensés pas moins de 478 changements dans les montants du salaire minimum, avec d’importantes différences entre États.

En recoupant les données, les scientifiques ont ainsi observé qu’une hausse de 1 dollar du salaire minimum avait pour effet d’engendrer une baisse de ,4 à 5,9% du taux de suicide, chez les 18-64 ans ayant un diplôme d’études secondaires ou un niveau d’éducation moindre. Cette effet bénéfique serait d’autant plus fort lors de périodes où le taux de chômage est élevé, précisent les auteurs. Aucun effet de ce type n’a cependant été observé chez les personnes ayant fait des études supérieures, sans doute parce qu’ils sont moins concernés et moins affectés par le montant du salaire minimum.

Sur la base de cette observation chiffrée, les chercheurs ont calculé que 13 800 suicides auraient pu être évités entre 2009 et 2015 si une hausse de 1$ du salaire minimum avait été entreprise. Une augmentation du salaire minimum de 2$ aurait pu empêcher 25 900 suicides, précisent-ils encore. Et sur toute la période de suivi (1990 à 2015 soit 26 ans), ce sont 27 550 suicides qui auraient pu être évités avec une hausse d’1$, voire 57 350 suicides avec une hausse de 2$.

Nos résultats sont cohérents avec l’idée selon laquelle les politiques publiques conçues pour améliorer les moyens de subsistance des personnes moins scolarisées – qui sont plus susceptibles de travailler à des salaires inférieurs et plus exposés à des risques pour leur santé mentale – peuvent réduire le risque de suicide dans ce groupe”, estiment les chercheurs, qui plébiscitent d’autant plus une telle mesure politico-économique en période de chômage élevé.

Source : MedicalXpress

À lire aussi

Première apparition