vendredi , 11 décembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Tests salivaires EasyCov Covid-19 : la HAS les recommande chez les symptomatiques

Tests salivaires EasyCov Covid-19 : la HAS les recommande chez les symptomatiques


Tests salivaires : pour qui ? 

Le 18 septembre dernier, la Haute autorité de santé avait annoncé que les tests salivaires RT-PCR étaient suffisamment fiables pour être recommandés chez les patients symptomatiques pour qui le test PCR nasopharyngé est "difficile à faire", notamment les enfants, les personnes très âgées, les personnes avec troubles psychiques.

Ce 28 novembre, elle a évalué également l’utilisation des tests RT-LAMP : "concernant les personnes symptomatiques, les données sont limitées et révèlent des performances insuffisantes par rapport aux performances minimales requises par la HAS : sensibilité clinique de 75% et spécificité clinique de 94%, contre les 80% et 99% recommandés", souligne l’avis. Rappelons que la sensibilité reflète le pourcentage de faux négatifs (ici il est donc de 25%) alors que la spécificité indique le pourcentage de faux positifs (ici il est donc de 6%).

De plus, comme la HAS l’avait déjà souligné, l’analyse des études scientifiques n’a pas révélé de données robustes sur leur efficacité pour le dépistage des personnes asymptomatiques. "Les performances de ces tests ne sont pas suffisantes pour les asymptomatiques", confirme la HAS ce 28 novembre. En effet, chez ces derniers, "nous raterions trois personnes positives sur 4, soit un taux d’erreur de 75%". C’est pourquoi, la HAS ne les recommande pas pour les asymptomatiques.

Quant aux tests EasyCov®, la HAS considère que leur sensibilité est satisfaisante pour les patients symptomatiques (84 %). En revanche, la spécificité, elle, ne l’est pas : avec 92 %, il est en dessous des performances minimales requises par la HAS. Par conséquent, la HAS est favorable à son utilisation et à son remboursement chez les patients symptomatiques, mais uniquement pour lesquels le prélèvement nasopharyngé est impossible ou difficilement réalisable. Dans ce cas un test de confirmation est demandé en cas de test positif (pour limiter le risque de faux positif).

En pratique, comment se passe un dépistage par test salivaire ?

Le test salivaire repose sur la même technique le test PCR classique. Seul le lieu de prélèvement change : plutôt que de placer un écouvillon dans le tube, le patient doit cracher dans le tube. Tout professionnel de santé peut réaliser ce test. De même que le patient lui-même en auto-test.

L’avantage est double. Les tests salivaires présentent l’avantage d’être plus simples à réaliser, mais aussi moins impressionnants et indolores, donc plus susceptibles d’être acceptés par les patients, notamment dans le cadre d’un dépistage répété. Autre intérêt : "ces tests sont matériellement faciles à effectuer car ils nécessitent les mêmes kits que les tests PCR", explique le Dr Cédric Carbonneil, chef du service d’évaluation des actes professionnels de la HAS.

Lire aussi :

  • Plaquenil : 4 millions de boîtes vendues, 312 événements indésirables
  • Qu’est-ce qu’un orage de cytokine ?
  • Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?
  • Coronavirus et porteurs sains : contagieux même sans symptômes ?
  • Stop-Covid : à quoi sert l’application prévue pour le déconfinement ?
  • Vaccin contre le coronavirus : quand sera-t-il disponible ?
  • Coronavirus : comment se soigner à la maison
  • Coronavirus ou pas : un questionnaire pour évaluer ses symptômes
  • Chloroquine : le débat en questions / réponses
  • Comment faire un masque de protection maison



Première apparition