samedi , 4 avril 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Têtes à répétition au foot : une bien mauvaise idée selon une étude

Têtes à répétition au foot : une bien mauvaise idée selon une étude


Pour crâner au football, mieux vaudrait s’entraîner à dribbler plutôt que de s’amuser à faire des “têtes” à répétition.

C’est en tout cas ce qui ressort d’une nouvelle étude scientifique publiée le 13 février dans le JAMA Ophthalmology

Celle-ci a permis d’observer un lien troublant entre le fait de faire souvent des têtes au football et des dommages au niveau du câblage cérébral entre les fonctions cognitives et visuelles. Des traumatismes légers et répétés à la tête pourraient donc avec des conséquences cérébrales néfastes même en l’absence de commotion cérébrale.

L’étude a ici été menée auprès de 78 joueurs de football en bonne santé, fréquentant l’Université d’Indiana (États-Unis). La moitié d’entre eux ont dû effectuer des têtes en jouant, tandis que l’autre moitié n’était autorisée qu’à toucher le ballon du pied. Les joueurs ont été placés devant une machine envoyant 10 ballons en tout, lancés à 40 km/h. Après cette séance, chaque participant a été soumis à des test pour évaluer ses capacités cognitives et visuelles.

Lors du premier test, les participants ont eu à lire et verbaliser rapidement plusieurs cartes numérotées, tandis que le second test a consisté à présenter aux participants un objet se rapprochant progressivement d’eux, et à enregistrer la distance à laquelle ils ont commencé à le voir en double. Voir un objet en double alors qu’il est assez éloigné des yeux serait en effet le signe d’une altération de la connexion entre oeil et cerveau.

Verdict : les joueurs ayant effectué des têtes se sont avérés moins performants sur les deux tests, comparé aux joueurs n’ayant fait que des tirs au pied. Des résultats qui se sont confirmés 2h après l’exercice sportif, puis un jour après. Les dommages de ces petits chocs répétés au niveau de la tête seraient donc susceptibles de persister dans le temps, et ce même en l’absence de tout symptôme évoquant un léger traumatisme crânien.

Bien que menée sur un petit échantillon de joueurs, l’étude vient alimenter les craintes quant aux potentiels dangers pour la santé cérébrale des têtes à répétition dans la pratique du football. Notons qu’en 2015, la US Youth Soccer, fédération de football américain, avait annoncé l’interdiction des têtes pour les enfants de moins de 11 ans. Récemment, c’est la Fédération écossaise de football  qui a annoncé qu’elle souhaitait interdire la pratique aux enfants de moins de 12 ans. Le cas échéant, elle serait la première instance d’Europe à légiférer sur cette question.

Source : IFL Science


Première apparition