mardi , 28 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » TOC : de faux excréments pour les traiter

TOC : de faux excréments pour les traiter


Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) affectent jusqu’à une personne sur 50 dans le monde. Pour près de la moitié des personnes atteintes de TOC, cela se traduit par une crainte insurmontable d’être contaminé par des bactéries et autres pathogènes, d’où un comportement hygiéniste à l’extrême, via un lavage des mains répété, une désinfection de son environnement etc.

Le TOC peut être une condition extrêmement débilitante pour de nombreuses personnes, mais les traitements ne sont pas toujours simples”, a expliqué Baland Jalal, neuroscientifique du Département de psychiatrie de l’Université de Cambridge et co-auteur de cette étude, parue le 9 janvier dans la revue Frontiers in Neuroscience. « En fait, la thérapie d’exposition (consistant à exposer le patient à sa phobie, ndlr) peut être très stressante et n’est donc pas toujours efficace ni même réalisable pour de nombreux patients.

Pour tenter d’améliorer la prise en charge des personnes concernées, une équipe de chercheurs américano-britannique ont utilisé l’expérience neurosensorielle de la fausse main en caoutchouc, expérience qu’ils ont ensuite modifiée de façon étonnante. 

L’illusion de la main en caoutchouc fonctionne ainsi : la personne “toquée” pose ses mains sur une table. L’une est alors cachée, et une main en caoutchouc est posée à la place. Pour que l’illusion soit parfaite, la main en caoutchouc et la vraie main sont chatouillées en même temps, de sorte que le cobaye finit par considérer, au moins au niveau sensoriel, que cette main en caoutchouc est sa vraie main.

Mais l’équipe est allée plus loin dans le subterfuge. Après plusieurs minutes, la main en caoutchouc a été recouverte de ce qui s’apparentait à des selles (en réalité, du chocolat bien déguisé visuellement et olfactivement). Parallèlement, pour maintenir l’illusion, la main dissimulée a été frottée avec un mouchoir humide, de sorte que les 29 volontaires de l’étude, souffrant tous de TOC, ont eu l’impression que leur main était recouverte de matières fécales. Les volontaires ont indiqué se sentir à la fois anxieux et dégoûtés par ce “spectacle”, tout en essayant autant que possible de réprimer leur envie d’aller se laver les mains immédiatement.Une exposition à leur phobie d’une contamination plus détournée et moins traumatique que dans les thérapies classiques.

Alors que la thérapie par exposition traditionnelle peut être stressante, l’illusion de main en caoutchouc fait souvent rire les gens au début, ce qui les met à l’aise. Elle est également simple [à mettre en place] et bon marché par rapport à la réalité virtuelle, et peut donc être facilement disponible pour les patients en détresse, peu importe où ils se trouvent”, s’est félicité Baland Jalal, neuroscientifique du Département de Psychiatrie de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni).

Des essais cliniques à plus large échelle devront être entrepris pour confirmer ces résultats et les comparer à ceux des thérapies d’exposition plus classiques.

Source : communiqué

À lire aussi

Première apparition