lundi , 21 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Troubles alimentaires: traiter sa boulimie grâce à une application sur smartphone ?

Troubles alimentaires: traiter sa boulimie grâce à une application sur smartphone ?


Et si les jeunes atteints d’un trouble alimentaire trouvaient une oreille attentive sur leur téléphone portable ? C’est en tout cas ce que suggère une nouvelle recherche menée auprès de 700 femmes aux Etats-Unis. Les chercheurs de l’Université de Washington à Saint-Louis ont invité près de 5 000 filles issues de 27 campus universitaires différents à répondre à des questionnaires afin d’identifier celles qui pourraient souffrir d’un trouble alimentaire (anorexie, boulimie). Finalement, 690 étudiantes ont accepté de participer à cette étude. Au sein du panel, elles ont été 385 à recevoir unethérapie cognitive-comportementalevia une application mobile conçue spécifiquement pour l’expérience. 305 autres ont, elles, été suivies par des conseillers présents sur les campus. Le choix des groupes a été réalisé au hasard.

Dans le détail, les filles suivies à distance par un « thérapeute virtuel«  ont géré leur propre emploi du temps en incluant quarante séances d’environ dix minutes quand elles étaient disponibles. Chaque participante a reçu une prise en charge adaptée et personnalisée composée d’appels téléphoniques au début et à la fin du programme mais aussi de conseils écrits reçus directement sur leur téléphone. Une proximité visiblement efficace. En effet, les jeunes filles de ce groupe ont signalé une diminution des crises de boulimie et du sentiment de dépression. Les conclusions de cette étude ont été publiées le 31 août dans la revue JAMA Network Open.

Rompre l’isolement

Selon les auteurs de cette étude, la souplesse de cette prise en charge du futur séduit davantage les jeunes qu’une thérapie plus classique dans le bureau d’un psychologue. Celles qui ont utilisé l’application ont davantage suivi la thérapie que les autres, elles ont ainsi obtenu de meilleurs résultats. Précisément, environ 83% de celles qui ont été choisies au hasard pour utiliser l’application ont terminé au moins une partie du programme, tandis que 28% des étudiantes affectées aux soins habituels ont déclaré avoir reçu un traitement.

De même, souvent mal à l’aise avec les troubles alimentaires, les patientes parviennent davantage à se livrer librement derrière leur écran que face à un professionnel de santé. « Les étudiantes sont occupées et n’ont souvent pas de temps libre pour chercher l’aide dont elles ont besoin. De nombreux centres de conseil universitaires ne sont pas équipés de cliniciens formés au traitement des troubles alimentaires, c’est pourquoi nous pensons que des interventions numériques comme celle-ci peuvent considérablement améliorer l’accès aux soins« , assure Ellen E. Fitzsimmons-Craft, professeure adjointe de psychiatrie et coautrice de l’étude.

Une solution à explorer en particulier dans ce contexte actuel d’épidémie mondiale où l’isolement amplifie de nombreux troubles et, notamment, les troubles alimentaires. « Il existe des données montrant une augmentation des symptômes de la boulimie quand les personnes sont davantage isolées, avec un accès plus facile à la nourriture et, évidemment, un stress sans précédent. Nous pensons que ces problèmes pourraient augmenter dans les mois à venir, il est donc important de mettre au point des outils pour atteindre les étudiants qui ressentent des difficultés. Nous pensons que dispenser une thérapie avec une application téléphonique peut être vraiment efficace« , plaide Wilfley, professeur de médecine, de pédiatrie et de sciences psychologiques et cérébrales et directeur du Center for Healthy Weight and Wellness.

À lire aussi

Première apparition