vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Un collectif de médecins pour le masque obligatoire dès l’école primaire

Un collectif de médecins pour le masque obligatoire dès l’école primaire


Porter le masque dès six ans, dès l’école primaire, voilà ce que réclame un collectif de médecins nommé Stop-Postillons, qui milite depuis mars pour le port du masque de protection dans l’espace public.

Dans un communiqué daté du 9 septembre, ce collectif de médecins lillois estime que “l’école primaire reste la principale brèche par laquelle va se propager le virus”. “Si les parents se protègent par leurs masques au travail, mais que les enfants se transmettent le virus à l’école, la contamination se fait de foyer en foyer par cette brèche”, fait valoir le collectif, pour qui “le masque à l’école est une mesure visant à préserver au maximum la scolarisation, au prix d’un effort très modeste, efficace et acceptable”.

Les quatre médecins indiquent que les enfants de moins de 10 ans peuvent être contaminés et contaminants : “c’est notamment le cas de cette colonie de vacances en Géorgie, dont on a parlé en août 2020, où les enfants de toute catégorie d’âge ont été touchés, en particulier les 6-10 ans (difficile alors de garder l’hypothèse que les enfants sont peu symptomatiques, peu contaminants avant 10 ans)”, écrit le collectif.

Pour les médecins, le port du masque pour les plus de six ans fait sens dans la mesure où les enfants symptomatiques transmettent le virus. Stop-Postillons cite ainsi l’European Center for Disease Control and Prevention, qui a précisé, le 6 août, que “lorsqu’ils présentent des symptômes, les enfants répandent le virus en quantités similaires à celles des adultes et peuvent infecter les autres de la même manière que les adultes.” Les quatre médecins citent par ailleurs deux études scientifiques récentes indiquant que les enfants peuvent être contaminants même lorsqu’ils sont asymptomatiques.

Notons que ça n’est pas la position actuelle de la Société Française de Pédiatrie, qui rappelle sur son site internet que les enfants développent généralement une forme légère, bénigne, sinon asymptomatique, de la Covid-19, et que “des données provenant d’études de cas groupés notamment intrafamiliaux ont fait état d’une transmission de l’adulte vers l’enfant beaucoup plus fréquente que l’inverse”.

Voyant le masque à l’école comme “une barrière supplémentaire entre familles”, les quatre médecins lillois déplorent un absentéisme scolaire par période de quatorzaine du fait de cas contact, et des classes voire des écoles entières qui ferment du fait d’un cas avéré de Covid-19. “Le masque a pour vocation de réduire l’ensemble des viroses respiratoires et la fréquence des symptômes induits… et donc de préserver au maximum la scolarisation, le système de santé et l’économie. Nous, médecins généralistes qui soignons des enfants au quotidien, nous savons qu’il n’y a pas une seule classe où tous les enfants sont présents et asymptomatiques, ne serait-ce qu’une semaine l’hiver ! Ne pas imposer le masque va peser lourdement sur tout cela !”, écrivent-ils.

Le collectif cite en outre les conditions pour lesquelles l’Organisation mondiale de la Santé juge le masque justifié pour les enfants de 6 à 11 ans, et estime qu’elles sont toutes réunies. Transmission généralisée au niveau régional, possibilité d’aider l’enfant à bien porter le masque, accès aux masques, supervision par des adultes… Pour le collectif Stop-Postillons, rien ne s’oppose à l’heure actuelle au port du masque pour les enfants de six ans et plus. Et le collectif de conclure que “si les masques ne sont pas recommandés pour les enfants en septembre en raison d’un stock insuffisant, il convient – comme ce pour quoi nous avons milité en mars – d’utiliser des masques adultes ou en tissus… Mais certainement pas de ne pas recommander cette mesure barrière indispensable !

À lire aussi

Première apparition