mardi , 12 novembre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » un dermatologue français réputé songe à quitter le Canada

un dermatologue français réputé songe à quitter le Canada

Le chef de service de dermatologie de l’hôpital Charles-Lemoyne attend d’obtenir sa résidence permanente depuis 2017

Ariane LacoursièreAriane Lacoursière
La Presse

Alors qu’il cherche depuis 2017 à obtenir sa résidence permanente, le chef de service de dermatologie de l’hôpital Charles-Lemoyne et seul dermatologue de l’établissement, le Dr Nicolas Bracciani, est exaspéré par la lenteur des procédures.

« On a affaire à un système sourd, aveugle, muet […] J’ai l’impression d’être un citoyen de troisième zone, d’être puni, et je ne comprends pas pourquoi », affirme le Dr Bracciani, l’un des rares dermatologues à pratiquer au public à Longueuil.

Le Dr Bracciani est arrivé au Canada en vertu d’un accord France-Québec en 2016. Après avoir terminé avec succès un stage et obtenu une autorisation du Collège des médecins, il a commencé à pratiquer la dermatologie à l’hôpital Charles-Lemoyne, où il se spécialise dans le traitement des effets secondaires liés à la chimiothérapie.

Au CISSS de la Montérégie-Centre, la porte-parole Martine Lesage affirme que le Dr Bracciani suit environ 2500 patients : « Nous espérons que sa situation se régularise, car la dermatologie est une spécialité [où la demande est grande]. Le Dr Bracciani est très apprécié de ses pairs et possède une grande expertise. »

Longue procédure

Le Dr Bracciani affirme qu’il a suivi à la lettre toutes les étapes devant mener à l’obtention de sa résidence permanente. En août 2017, il demande et obtient un certificat de sélection du Québec. Dès septembre 2017, le Dr Bracciani et son conjoint, Frédéric Depuydt, acheminent leur demande d’obtention de résidence permanente au gouvernement fédéral.

Mais plusieurs semaines s’écoulent entre le dépôt de la demande et son traitement. Si bien que la carte bancaire que le Dr Bracciani avait utilisée pour payer les frais du dossier est expirée, raconte-t-il.

On a dû renvoyer notre dossier en janvier 2018. On a perdu quatre mois.

Le Dr Nicolas Bracciani

La porte-parole de Citoyenneté et Immigration Canada, Nancy Caron, affirme que la première demande a été jugée incomplète parce que « le mode de paiement utilisé pour soumettre les frais de traitement de la demande n’était pas l’un des modes de paiement accepté ». Ce n’est qu’en janvier 2018 que la demande complète du Dr Bracciani a été reçue, affirme Mme Caron, qui ajoute que la demande est donc « à l’intérieur des délais de traitement de 23 mois précisés sur notre site ».

Impossible de quitter le pays

Mais le Dr Bracciani juge l’attente intenable. Il a reçu la confirmation que son dossier était enfin en traitement par Citoyenneté et Immigration Canada en mars 2018. Près d’un an s’est écoulé ensuite, pendant lequel le Dr Bracciani et son conjoint ont été sans nouvelles de l’évolution de leur dossier.

Le 4 juillet 2019, leur statut migratoire est arrivé à échéance. Ils ont depuis ce qu’on appelle un « statut implicite ». Un « no man’s land », selon le Dr Bracciani, qui est « un bel exemple d’aberration bureaucratique pour couvrir l’incapacité du gouvernement à traiter les dossiers dans les délais ».

En vertu de ce « statut implicite », le Dr Bracciani peut continuer de travailler. Mais il ne peut quitter le territoire. « L’idée, dans une démocratie, qu’on ne puisse quitter le pays… J’ai l’impression d’être dans un mauvais film », dit-il.

M. Depuydt ajoute qu’il trouve stressant de savoir que si un membre de sa famille resté en France tombe malade, il ne pourra aller le voir sous peine de ne pouvoir revenir au pays. « Ça nous place dans une situation précaire », dit-il.

Autre conséquence de ce « statut implicite » : la famille du Dr Bracciani n’est plus assurée par la RAMQ. Le médecin le reconnaît : il ne fait pas pitié et peut se payer une assurance privée. « Mais que font ceux qui ne peuvent pas ? », demande-t-il.

Le Dr Bracciani juge la situation « lassante », et même si ce n’est pas l’avenue qu’il privilégie, il envisage de quitter le pays. « Ce n’est pas un climat serein pour notre famille », ajoute M. Depuydt.

Le Dr Bracciani a l’impression d’être tombé dans « une faille programmée du système ». « Personne ne mérite que sa vie soit chamboulée parce que l’État n’est pas en mesure de respecter ses promesses », dit-il.


Première apparition