lundi , 28 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Un puff d’ocytocine n’a aucun effet sur la vie sociale – Santé

Un puff d’ocytocine n’a aucun effet sur la vie sociale – Santé


Une recherche de l’UCLouvain démontre que les sprays nasaux à l’ocytocine, pourtant vendus comme des remèdes miracles pour améliorer les rapports sociaux, n’ont en réalité pas d’effets probants sur notre vie sociale et notre confiance en soi, indique lundi l’université.

« L’administration d’ocytocine par voie nasale n’a probablement aucun effet chez l’humain et sur les rapports sociaux », signale Moïra Mikolajczak, chercheuse à l’UCLouvain. « Et, s’ils existent, ces effets varient très probablement en fonction de l’individu et du contexte », poursuit la scientifique.

La recherche prétend qu’acheter un puff à l’ocytocine ne servirait donc à rien.

Pour arriver à un telle conclusion, les scientifiques de l’UCLouvain ont analysé les publications scientifiques sur la prise d’ocytocine par voie intranasale. Outre le fait que le nombre de personnes observées dans ces études est souvent trop faible pour que des résultats fiables en soient dégagés, les effets testés sont par ailleurs rarement répliqués.

« Parmi la masse d’effets publiés, il est impossible de déterminer aujourd’hui avec confiance si des effets réels existent. Le scénario le plus probable est qu’il n’y aurait que 12% des effets suggérés qui soient vérifiés. La vaste majorité des effets significatifs publiés seraient des faux positifs », explique Adrien Mierop, chercheur post-doctorant à l’UCLouvain.

Les chercheurs invitent donc à améliorer la recherche sur l’ocytocine intranasale grâce à de nouvelles pratiques « plus solides et plus transparentes ».

« L’administration d’ocytocine par voie nasale n’a probablement aucun effet chez l’humain et sur les rapports sociaux », signale Moïra Mikolajczak, chercheuse à l’UCLouvain. « Et, s’ils existent, ces effets varient très probablement en fonction de l’individu et du contexte », poursuit la scientifique. La recherche prétend qu’acheter un puff à l’ocytocine ne servirait donc à rien. Pour arriver à un telle conclusion, les scientifiques de l’UCLouvain ont analysé les publications scientifiques sur la prise d’ocytocine par voie intranasale. Outre le fait que le nombre de personnes observées dans ces études est souvent trop faible pour que des résultats fiables en soient dégagés, les effets testés sont par ailleurs rarement répliqués. « Parmi la masse d’effets publiés, il est impossible de déterminer aujourd’hui avec confiance si des effets réels existent. Le scénario le plus probable est qu’il n’y aurait que 12% des effets suggérés qui soient vérifiés. La vaste majorité des effets significatifs publiés seraient des faux positifs », explique Adrien Mierop, chercheur post-doctorant à l’UCLouvain. Les chercheurs invitent donc à améliorer la recherche sur l’ocytocine intranasale grâce à de nouvelles pratiques « plus solides et plus transparentes ».


Première apparition