mardi , 11 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Une étude réduit les espoirs d’un vaccin contre le coronavirus: les anticorps pourraient ne pas durer – Santé

Une étude réduit les espoirs d’un vaccin contre le coronavirus: les anticorps pourraient ne pas durer – Santé

Une étude menée par des scientifiques de Munich (sud de l’Allemagne) suggère que les anticorps du coronavirus ne restent dans le corps que quelques mois, diminuant les espoirs d’un vaccin efficace ou d’une immunité à long terme.

Des tests réalisés sur des patients traités par la clinique Schwabing à Munich ont montré une chute significative du nombre d’anticorps dits neutralisants dans le corps, a expliqué un consultant du département des maladies infectieuses de l’hôpital, Clemens Wendtner.

« Chez quatre de nos neuf patients, nous avons constaté une baisse des anticorps neutralisants lors d’un test spécial qui ne peut être mené que dans un laboratoire de haute sécurité », a-t-il ajouté. « L’impact sur l’immunité à long terme et les stratégies de vaccination restent spéculatifs mais cela doit être surveillé« , a-t-il poursuivi. Les résultats suggèrent que les patients guéris peuvent être à nouveau infectés par le Covid-19, même si d’autres tests doivent encore le confirmer.

La réponse immunitaire du corps est composée de cellules B, qui sécrètent les anticorps, et de cellules T, capables de reconnaître et tuer les antigènes précédemment détectés. Les deux sont nécessaires pour une immunité à long terme. Les conclusions de M. Wendtner concordent avec d’autres études dans le monde.

Des chercheurs chinois avaient rapporté dans la revue Nature que la présence d’anticorps au coronavirus dans le sang diminuait fortement après deux mois. Cela est surtout le cas pour les patients asymptomatiques, qui ont produit moins d’anticorps et une réponse immunitaire plus faible.

Des tests réalisés sur des patients traités par la clinique Schwabing à Munich ont montré une chute significative du nombre d’anticorps dits neutralisants dans le corps, a expliqué un consultant du département des maladies infectieuses de l’hôpital, Clemens Wendtner. « Chez quatre de nos neuf patients, nous avons constaté une baisse des anticorps neutralisants lors d’un test spécial qui ne peut être mené que dans un laboratoire de haute sécurité », a-t-il ajouté. « L’impact sur l’immunité à long terme et les stratégies de vaccination restent spéculatifs mais cela doit être surveillé », a-t-il poursuivi. Les résultats suggèrent que les patients guéris peuvent être à nouveau infectés par le Covid-19, même si d’autres tests doivent encore le confirmer. La réponse immunitaire du corps est composée de cellules B, qui sécrètent les anticorps, et de cellules T, capables de reconnaître et tuer les antigènes précédemment détectés. Les deux sont nécessaires pour une immunité à long terme. Les conclusions de M. Wendtner concordent avec d’autres études dans le monde. Des chercheurs chinois avaient rapporté dans la revue Nature que la présence d’anticorps au coronavirus dans le sang diminuait fortement après deux mois. Cela est surtout le cas pour les patients asymptomatiques, qui ont produit moins d’anticorps et une réponse immunitaire plus faible.


Première apparition