mercredi , 20 novembre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Une étude révèle que la consommation d’aliments sucrés est liée à l’acné

Une étude révèle que la consommation d’aliments sucrés est liée à l’acné

Quels facteurs peuvent aggraver l’acné ? Des chercheurs se sont posé la question et leur étude indique que la composition de l’assiette doit être surveillée et les produits trop agressifs pour la peau du visage évités.


© iStock

L’acné est une maladie de peau très fréquente, plus précisément une maladie inflammatoire du follicule pilosébacé. Elle évolue le plus souvent par poussées, sur plusieurs années avant de guérir. « Durant sa phase d’évolution, l’acné a généralement un impact sur la qualité de vie et l’estime de soi. Une fois guérie, il peut laisser des cicatrices temporaires ou définitives. Il est donc nécessaire de prendre l’acné au sérieux et de mettre en place un traitement dès que cette maladie est sévère ou a un retentissement psychosocial », précise l’Assurance maladie sur le sujet. Si les bons gestes du quotidien et des soins de peaux ne suffisent pas, un traitement est prescrit en fonction de son étendue.

Il est également possible d’agir en amont, en identifiant les facteurs ayant un rôle dans l’apparition de l’acné. Dans une récente étude présentée à l’occasion lors du 28ème congrès de l’Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie, des chercheurs se sont penchés sur les comportements qui favoriseraient cette maladie de peau. Selon les résultats, de mauvaises habitudes alimentaires, une augmentation du stress et des routines de soins de la peau trop sévères sont parmi les facteurs les plus importants. Les chercheurs ont procédé en évaluant l’exposition à différents facteurs d’aggravation de l’acné chez plus de 6 700 participants dans six pays d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud et d’Europe.

Il faut surveiller son alimentation…

« Il s’agit de la première étude qui analyse les facteurs externes et internes pouvant influer sur l’acné », précisent-ils. Les résultats de l’étude ont montré qu’un nombre significativement plus élevé de personnes souffrant d’acné (48,2%) consommait des produits laitiers quotidiennement par rapport à des personnes qui n’en avaient pas (38,8%). La différence était également statistiquement significative pour les consommateurs de jus et sodas (35,6% contre 31%), pâtisseries et chocolat (37% contre 27,8%) et sucreries en général (29,7% contre 19,1%). Ainsi, l’alimentation jouerait bien un rôle dans l’apparition de l’acné, une piste également évoquée sur le site de l’Assurance maladie.

« Le rôle de l’alimentation (en particulier la consommation abondante de produits laitiers et surtout sucrés) dans la survenue ou l’aggravation de l’acné est toujours débattu. Aucun régime alimentaire précis ne peut être conseillé, mais il semble raisonnable de lutter contre le surpoids et le grignotage d’aliments sucrés », indique-t-elle. « L’acné est l’une des raisons les plus courantes pour lesquelles les personnes ayant des problèmes de peau contactent un dermatologue. Sa gravité et sa réponse au traitement peuvent être influencées par des facteurs internes et externes, que nous appelons l’exposome », explique le Pr Brigitte Dréno, dermatologue au CHU de Nantes et chercheuse principale de l’étude.

Et bien choisir les produits pour le visage

Celle-ci ajoute : « Pour la première fois, cette étude permet d’identifier les facteurs d’exposition les plus importants liés à l’acné à partir des questions des patients avant prescription de traitement. » Il s’avère qu’une exposition à la pollution ou au stress était également plus fréquente chez les participants souffrant d’acné que chez les participants témoins. En outre, l’étude a également révélé que des pratiques de soins de la peau sévères étaient plus courantes chez ces personnes. Interrogée sur ce sujet par le site Destination Santé, la chercheuse recommande notamment de privilégier des savons qui respectent le pH de la peau qui se situe aux alentours de 5 alors que la majorité des savons sont à 8.

« Il ne faut pas utiliser des masques, gommages, peeling quand on a de l’acné. Frotter, masser une peau acnéique aggrave les lésions. Les patients agressent leur peau », précise-t-elle au site Internet. À l’inverse, il n’a pas été démontré que le tabac, qui a été présenté comme un déclencheur de l’acné, a une influence. Les chercheurs insistent sur l’importance de continuer de telles études. « Comprendre, identifier et réduire l’impact de l’exposome est important pour une gestion adéquate de l’acné, car cela peut avoir une incidence sur son évolution et sa gravité, ainsi que sur l’efficacité du traitement », conclut le Pr Dréno. A noter que l’acné concerne 80 % des adolescents et jeunes adultes entre 12 et 20 ans. 

À lire aussi


Première apparition