mardi , 22 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Une panne informatique sans précédent au CUSM

Une panne informatique sans précédent au CUSM

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) connait une panne majeure de ses systèmes informatiques. Tous les rendez-vous cliniques de la journée ont été annulés et l’hôpital demande au public d’éviter ses urgences.

Marie-Eve MorasseMarie-Eve Morasse
La Presse

Vers 11h30 ce matin, une panne a touché tous les sites du CUSM, ce qui inclut, en plus du site Glen, l’Hôpital général de Montréal, l’Hôpital de Lachine et l’Institut neurologique.

«Tous les systèmes ont été affectés : autant l’urgence que le bloc opératoire que la radiologie, qu’en laboratoire ou en pharmacie», a déclaré en point de presse Ewa Sidorowicz, directrice des services professionnels du CUSM.

C’est la première fois qu’une panne d’une telle ampleur paralyse l’hôpital, a-t-elle précisé. «Les systèmes ne répondaient tout simplement pas.»

Des chirurgies ont été annulées, des traitements ont été reportés. «On ne voulait pas mettre en péril des patients», poursuit Ewa Sidorowicz, qui ne peut dire combien d’entre eux ont été affectés. Elle assure toutefois que la sécurité des patients n’a jamais été compromise et que, dans plusieurs cas, il a fallu recourir aux dossiers en papier pour accéder à de l’information.

Le Centre universitaire de santé McGill ne sait toujours pas ce qui a causé la panne, qui serait en voie d’être réglée. Il ne s’agirait pas d’une attaque informatique. Le CUSM assure que la redondance des systèmes est assurée et promet d’enquêter.

Le 25 juin 2018, l’hôpital avait également dû annuler tous les rendez-vous en raison d’une panne électrique survenue dans un de ses bâtiments du centre-ville. Il avait été établi que le bris d’équipement avait été causé par un écureuil.

Le CUSM ne peut dire si les deux événements sont liés.

À 16h00, les ambulances étaient toujours détournées vers d’autres hôpitaux de la métropole. Les patients qui ont des rendez-vous demain sont invités à suivre de près la situation, qui serait en voie de revenir à la normale.

«On est plus optimistes qu’on ne l’était il y a deux, trois heures. On est relativement confiants [pour demain]», dit Ewa Sidorowicz.


Première apparition