lundi , 17 juin 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » SEP : le cacao aiderait à lutter contre la fatigue

SEP : le cacao aiderait à lutter contre la fatigue

Une étude publiée par la revue Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry prouve qu’une consommation quotidienne de cacao pendant six semaines aide à combattre la fatigue chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Ces résultats prometteurs encouragent une approche diététique pour réduire les symptômes de la maladie.


© iStock

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Elle représente la première cause de handicap sévère non traumatique chez les trentenaire, et touche environ une personne sur 1 000 en France, soit 80 000 personnes d’après l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Les symptômes incluent souvent une faiblesse musculaire, des sensations de brûlure, des engourdissements, des douleurs chroniques, un mauvais équilibre et une mauvaise coordination, et… de la fatigue.

Ce dernier est souvent parmi les plus difficiles à traiter, explique le site Medical News Today. Or, une étude précédente a suggéré qu’une dose quotidienne de 45 g de chocolat noir, contenant 70 à 85% de cacao, pourrait aider à lutter contre la fatigue. Les chercheurs Oxford Brookes Centre for Nutrition and Health au Royaume-Uni ont pris le relais pour vérifier ces résultats.

Un moyen facile et sûr d’améliorer la qualité de vie

Le cacao contient des flavonoïdes, des composés végétaux aux effets anti-inflammatoires et neuroprotecteurs, selon certaines recherches scientifiques. Pour cette étude, les auteurs ont réparti 40 adultes atteints de sclérose en plaques au sein de deux groupes. Le premier a reçu une boisson riche en flavonoïdes, tandis que l’autre a bu une version moins riche en flavonoïdes. Au bout de six semaines, les chercheurs ont évalué la fatigue des participants.

D’après les résultats, la consommation d’une boisson au cacao riche en flavonoïdes aurait un effet modéré sur la capacité à maintenir des performances cognitives et physiques avant que la fatigue ne s’installe. La vitesse de marche et la fatigue générale étaient également améliorées. Malgré la nécessité d’une évaluation plus large et d’un suivi plus long, les auteurs de l’étude estiment que « l’utilisation d’approches diététiques pour réduire la fatigue et les facteurs associés chez les personnes atteintes de SEP peut représenter un moyen facile, sûr et rentable pour améliorer leur qualité de vie et leur autonomie. « 

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: