vendredi , 23 août 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Sommeil : ces mythes qui nuisent à notre santé

Sommeil : ces mythes qui nuisent à notre santé

Une équipe de chercheurs new-yorkais a interrogé le web pour démonter les principales idées reçues que l’on a sur le sommeil. Autant de mythes qui nuiraient à notre santé si on les tient pour des vérités.


© istock

Si la plupart d’entre nous savons que le sommeil est un élément important d’une bonne santé, de nombreuses fausses croyances et idées reçues circulent encore.

Ce qui est plus embêtant, c’est que ces méconnaissances sur le sommeil peuvent nuire à notre santé, comme l’expliquent des chercheurs de l’université de New York (États-Unis).

Ces derniers ont ainsi scruté le web pour en tirer les principaux mythes concernant le sommeil, qu’ils ont démontés un à un, tout en expliquant en quoi le fait d’y croire peut nuire à la santé. Ils ont publié leurs conclusions, agrémentées d’études scientifiques, dans la revue Sleep Health.

  • Mythe n°1 : dormir moins de 5h ne fait pas de mal

S’il est possible d’adapter son rythme pour dormir moins de cinq heures par nuit, et si de nombreuses personnalités politiques l’ont déjà fait, faire régulièrement des nuits de moins de cinq heures n’est pas du tout une bonne idée.

Nous disposons de nombreuses preuves montrant que dormir cinq heures ou moins de façon constante augmente votre risque d’avoir des conséquences néfastes pour la santé”, a déclaré la chercheuse Rebecca Robbins. Le manque de sommeil est en effet fortement associé à un plus grand risque de maladies cardiovasculaires, et à une espérance de vie plus courte. La durée idéale de sommeil tourne autour de 8 heures par nuit.

  • Mythe n°2 : l’alcool avant le coucher est bénéfique au sommeil

Le petit “remontant” alcoolisé avant d’aller se coucher pour mieux dormir est un mythe, assure l’équipe de chercheurs. “Cela peut vous aider à vous endormir, mais réduira considérablement la qualité de votre sommeil cette nuit-là”, a indiqué le Dr Robbins. De plus, l’alcool est une boisson diurétique : l’envie d’uriner risque donc de perturber le sommeil.

  • Mythe n° 3 : regarder la télévision au lit aiderait à se détendre

Tiens, je vais regarder un peu la télé pour me détendre avant de me coucher”. Là encore, cette phrase que l’on entend souvent n’aidera en rien, et pourrait même faire l’effet inverse de celui escompté. “Souvent, lorsque nous regardons la télévision, ce sont les nouvelles du soir… C’est quelque chose qui va causer de l’insomnie ou du stress juste avant de se coucher alors nous essayons de nous détendre”, souligne le Dr Robbins. Les écrans (télé, tablette, smartphone, ordinateur) sont à éviter au moins dans l’heure qui précède le coucher, car la lumière bleue qu’ils émettent peut retarder la production de mélatonine, hormone du sommeil.

  • Mythe n°4 : rester au lit aiderait à vaincre une insomnie

Lorsque l’on est en proie à une insomnie, et que l’on a déjà tout essayé pour tenter de se rendormir, mieux vaudrait se lever plutôt que de rester au lit à compter les moutons. Le Dr Robbins et ses confrères conseillent plutôt de vaquer à une occupation dans une autre pièce : lire, plier du linge… Qu’importe, l’essentiel étant de changer d’environnement pour ne pas associer lit et insomnie, et finir par retrouver le sommeil.

  • Mythe n°5 : appuyer sur le bouton “snooze” permet de gagner des minutes de sommeil

Lorsque le réveil sonne, il vaudrait mieux s’efforcer à se lever plutôt que d’appuyer sur le bouton “répéter” de l’alarme pour tenter de grappiller quelques minutes de sommeil. “Votre corps va se rendormir, mais ce sera un sommeil très léger et de qualité très médiocre”, assure le Dr Robbins.

  • Mythe n°6 : le ronflement est toujours anodin

S’il est parfois anodin de ronfler, par exemple lorsque l’on est enrhumé, le ronflement chronique peut être le signe d’une apnée du sommeil, affection qui est associée à des risques d’hypertension, de trouble du rythme cardiaque ou d’AVC. Si un ronflement s’installe dans la durée, mieux vaudrait consulter pour dépister et prendre en charge une éventuelle apnée du sommeil.

Source : BBC

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: