vendredi , 11 décembre 2020
Accueil » Sports » Dubaï Championship : le triomphe d’Antoine Rozner

Dubaï Championship : le triomphe d’Antoine Rozner


Vainqueur ce samedi sur le Fire Course du Jumeirah Golf Estates, le Français, 27 ans, rookie sur le Tour européen, décroche sa première victoire. Mike Lorenzo-Vera prend la deuxième place ex-aequo avec les Anglais Wallace et Sullivan et l’Italien Laporta.

Première saison sur le Tour européen. Et première victoire pour Antoine Rozner ! Le Racingman, fraîchement arrivé du Challenge Tour, la deuxième division européenne, s’est brillamment imposé ce samedi sur le Fire Course du Jumeirah Golf Estates. Sa dernière carte de 64 (-8) lui permet de soulever le trophée de ce tout nouveau tournoi avec un score de -25 (263). Soit deux coups d’avance sur ses premiers poursuivants.

A Dubaï depuis la semaine passée après avoir fini 20e du Joburg Open afin de préparer au mieux la finale de la Race prévue du 10 au 13 décembre sur le Earth Course de ce même Jumeirah Golf Estates, Rozner s’est hissé, dès mercredi à l’issue du premier tour, dans le peloton de tête du Dubaï Championship. Une première carte sublime (63), sans erreur et avec un eagle et sept birdies, lui permet en effet de prendre la deuxième place (ex-aequo), à deux longueurs derrière Andy Sullivan, auteur d’un immense 61 (-11) inaugural. On le sait pas encore mais ces deux-là ne se quitteront plus tout au long de la semaine. Après 36 trous, l’Anglais est toujours en tête (-17), le Français, lui, pointe à la quatrième place (-12). A la sortie du Moving day (joué vendredi), l’écart entre les deux hommes est de quatre points. Toujours en faveur de l’ancien joueur de Ryder Cup (en 2016).

» LIRE AUSSI – Le golf français change d’ère et vise le futur circuit mondial

Au départ de ce dernier tour, quatre points les séparent alors qu’un autre anglais, Matt Wallace, 51e joueur mondial et deuxième à deux coups, semble mieux placer pour menacer son compatriote. Malgré ses quatre succès personnels sur le Tour européen, Sullivan n’apparaît pourtant pas aussi conquérant. Il boucle son aller en 34 (-2) alors que Rozner est revenu à trois longueurs avec trois birdies (aux trous 5, 7 et 9). Celui-ci enchaîne avec deux autres birdies au 10 puis au 11 avant de claquer un eagle au 13, revenant alors à hauteur de Sullivan. Un bogey au 15, le seul de la journée, expulse – momentanément – le Français du leadership et repasse à -23. Le tournant intervient sur le 16, un petit par 4 atteignable en un. Rozner, en avant-dernière partie, réussit un birdie alors que Sullivan, qui ferme la marche, craque au même endroit avec un bogey. Au départ du 18, le Français compte un point d’avance et bientôt deux en signant un dernier birdie sur ce par 5. Sullivan, très souriant et blaguant volontiers avec son caddie lors des trois derniers tours, a subitement perdu le sourire. Il doit faire eagle pour emmener l’élève de Benoit Ducoulombier en playoff. Il se contentera d’un… par et d’une deuxième place à -23 (265).

« Cette victoire représente beaucoup pour moi, s’exclame Antoine Rozner à la sortie du recording. L’année a été tellement étrange. On a vécu tellement des choses un peu partout dans le monde et pouvoir gagner ici, en jouant huit sous le par dans ce dernier tour, c’est assez incroyable. Pour être honnête avec vous, ce n’est que sur le green du 18 que j’ai vu que j’étais en tête. Je n’avais pas vraiment regardé les leaderboards jusque-là. Je savais que mon jeu était là, bien en place (dix-huit cuts franchis en vingt départs avec une 2e place à Maurice et une 3eplace à l’Andalucia Masters, Ndlr). Et puis je savais que j’étais déjà qualifié pour la finale (DP World Tour Championship), le plus grand tournoi de l’année. Cela m’a peut-être libéré. Compte tenu de ma catégorie de jeu, je n’ai disputé aucun Rolex Series cette année. Donc je suis très excité d’être en mesure de jouer un si grand tournoi (8 millions de dollars de dotation). »

Lorenzo-Vera, tout près de la finale de la Race

Mike Lorenzo-Vera était lui aussi tout proche de valider son ticket pour cette même finale qu’il avait terminé à la troisième place l’an passé après un duel épique avec l’Espagnol Jon Rahm. Revenu à la compétition cette semaine après presque deux mois de « repos », le Basque a ainsi bien failli créer la surprise, signant un énorme 65 (-7) sans la moindre erreur. En finissant seul deuxième, il aurait été au départ jeudi prochain pour le DP World Tour Championship. Il doit partager cette place avec les Anglais Wallace et Sullivan et l’Italien Laporta. Les autres français ayant franchi le cut ont connu des fortunes diverses ce samedi. Clément Sordet, 66 (-6) aujourd’hui, accroche la 13e place à -18. Damien Perrier, Romain Wattel, Robin Sciot-Siegrist et Joël Stalter terminent au-delà du top 50, à -9 (pour le trois premiers) et -1 (pour le Lorrain).

Il y aura donc trois Français à la finale de la Race la semaine prochaine : Victor Perez (5e de la Race), Antoine Rozner (24e) et Benjamin Hébert (65e). Et peut-être même quatre si Romain Langasque, 41e, positif au Covid-19 et confiné dans sa chambre d’hôtel à Dubaï depuis mardi, est testé négatif dans les prochains jours… 


Première apparition