mardi , 22 octobre 2019
Accueil » Sports » Van der Poel leur fait très peur – Cyclisme

Van der Poel leur fait très peur – Cyclisme


Le Néerlandais Mathieu van der Poel, monstre du cyclo-cross, vainqueur cette année l’Amstel Gold Race, est pour beaucoup le favori de la course en ligne des championnats du monde sur route qui aura lieu ce dimanche dans le Yorkshire.

2019, année de la jeunesse. Après la victoire d’Egan Bernal (22 ans) sur le Tour de France, le podium de Tadej Pogacar (20 ans) sur la Vuelta et les exploits de Remco Evenepoel (19 ans), il n’y aurait rien d’étonnant à ce que la course en ligne des championnats du monde, ce dimanche dans le Yorkshire, consacre un coureur qui vient à peine d’intégrer le monde professionnel. Pour de nombreux observateurs, c’est Mathieu Van der Poel qui est probablement le favori n°1. Le Néerlandais est un peu plus âgé que les coureurs évoqués plus haut (il a 24 ans), mais il est encore tout « frais » sur la route, puisque les saisons précédentes il se consacrait plutôt au cyclo-cross, discipline qu’il a écrasée pendant cinq ans en livrant un duel exceptionnel avec Wout van Aert.

Champion du monde de cyclo-cross en début d’année, Van der Poel pourrait très bien réaliser le doublé. C’est en tout cas ce que pense Thomas Voeckler, qui renvoie très vite vers le prodige néerlandais quand on lui demande d’évoquer les chances des Français et notamment de Julian Alaphilippe. « Julian a beau être n°1 mondial, ce n’est pas le favori, assure ainsi le sélectionneur des Bleus, dans les colonnes du Télégramme. Il y a une bonne quinzaine de coureurs qui figurent sur la même ligne. Van Avermaet, Gilbert, Sagan, Matthews, Lutsenko, et j’en passe, ont tous les mêmes ambitions. La Belgique me semble la mieux armée. Personnellement, si je devais ressortir un nom, je miserai sur Mathieu Van der Poel. A part la distance (285 km), et encore, je ne vois pas ce qui peut le gêner. La pression n’a pas l’air de l’effleurer, non plus. Il est capable de mettre trois vélos au deuxième… »

Sur route, Van der Poel compte cette année 10 victoires en 28 jours de course. Il a notamment remporté l’Amstel Gold Race, sur un tracé qui ressemble un peu à celui des Mondiaux, exigeant, mais pas uniquement taillé pour les puncheurs. Ensuite il s’est illustré cet été… en VTT, car il rêve de triompher dans une nouvelle discipline, l’an prochain, aux Jeux Olympiques de Tokyo. En septembre, il a pris ses marques sur le Tour de Grande-Bretagne en gagnant trois étapes, plus le classement général, en s’imposant soit au sprint, soit en solitaire.

Car Van der Poel est capable de tout. De faire parler sa pointe de vitesse dans un petit groupe, ou de décrocher tout le monde par ses accélérations. Il y a une semaine, sur la Primus Classic, le coureur de la Corendon-Circus a placé une attaque dans les monts flamands qui a fait le tour des réseaux sociaux. Parce que les coureurs qu’il a fait exploser à la pédale s’appellent Greg Van Avermaet et Peter Sagan. Et l’on pourrait bien revoir cette image ce dimanche, à quelques dizaines de kilomètres de l’arrivée à Harrogate…




Première apparition