mardi , 21 mai 2019
Accueil » Technologie » Technologie – Un «bug de l’an 2000» menace des GPS le 6 avril

Technologie – Un «bug de l’an 2000» menace des GPS le 6 avril

Les détenteurs d’anciens GPS ou d’appareils utilisant cette technologie qui n’ont pas été mis à jour récemment risquent d’avoir une mauvaise surprise le 6 avril. C’est en effet ce jour qu’est prévu un «Week Number Rollover» (remise à zéro du compteur des semaines).

  • 157 ans – Les smartphones actuels n’utilisent plus cette technologie car ils ont adopté une norme améliorée en 13 bits. Avec ce système, un cycle dure 8192 semaines, soit 157 ans.
  • Galileo – D’autres GNSS (Global Navigation Satellite System), comme le système européen Galileo, ne sont pas concernés non plus par ce changement.
  • EGNOS – La Rega utilise EGNOS, une extension du GPS bien plus précise et spécialement sécurisée qui permet de voler dans le brouillard ou à basse altitude. Pas d’inquiétude non plus de ce côté.

Les récepteurs utilisés dans les vieux appareils comptent les semaines sur un système à 10 bits qui se remet à zéro toutes les 1024 semaines, soit 19,7 ans, a expliqué Bill Malik, vice-président de l’entreprise de sécurité informatique Trend Micro dans une interview parue dans la publication «Tom’s Guide».

Depuis le lancement du GPS en janvier 1980, cet événement est déjà arrivé le 21 août 1999. Peu de monde y avait prêté attention mais le nombre d’appareils équipés était alors bien plus réduit qu’actuellement. Quant aux systèmes les plus récents de GPS, ils ne sont pas vulnérables à ce désagrément, a assuré Greg Milner, spécialiste et historien du GPS dans nos sociétés.

«Refuser de prendre l’avion»?

En prévision de la date fatidique du 6 avril, faut-il dès lors «refuser de prendre l’avion», ainsi que l’affirme Bill Malik? De nombreux experts doutent que les GPS affichent un écran noir du jour au lendemain et plusieurs agences américaines ont déjà fait part de leurs évaluations.

Dans un mémo de septembre 2017, l’observatoire naval américain estime que le système de navigation devrait continuer de fonctionner «mais les indicateurs de temps associés devraient afficher des erreurs et corrompre les données de navigation».

Le Département de la Sécurité Intérieure a également publié un rapport en avril 2018 dans lequel il dégonflait les risques liés à la journée du 6 avril mais il n’excluait pas que les systèmes de mises à jour automatiques des GPS soient perturbés dans les journées suivantes.

De son côté, l’entreprise TomTom, leader dans le secteur des appareils de navigation, a déjà expliqué à ses clients qu’il avait déjà intégré le bug dans une mise à jour et que si ses navigateurs «étaient régulièrement mis à jour, il n’y avait aucune raison de s’inquiéter».

(smk/nxp)


Première apparition

A lire aussi: