mercredi , 22 janvier 2020
Accueil » Technologie » Technologie – Il trolle le salon CES avec une patate connectée

Technologie – Il trolle le salon CES avec une patate connectée

Annoncée par son créateur comme «une des innovations les plus disruptives du CES 2020», POTATO se présente sous la forme loufoque d’une patate connectée. Imaginé par le Français Nicolas Baldeck à la tête de la start-up BPZ Labs, ce produit est censé décoder le langage de la pomme de terre et le traduire en une connexion Bluetooth afin de connaître l’état de santé du tubercule.

«Les pommes de terre sont très très intelligentes mais on ne peut pas leur parler. C’est pour cela que j’ai créé le Neuraspud», peut-on entendre expliquer le jeune homme sur son petit stand à la 53e édition du célèbre salon de l’électronique de Las Vegas, dans une vidéo publiée sur Twitter. Le Neuraspud? Il s’agit d’«une interface patate-machine à haut débit», informe le communiqué de presse.

«Concrètement, j’ai un vrai produit: une carte électronique qui se plante dans la patate», a expliqué le jeune homme à BFM Tech. «Des électrodes en or sont utilisées pour capter les ondes cérébrales de la pomme de terre, qui sont immédiatement envoyées au processeur d’intelligence artificielle embarqué», ajoute le communiqué. Grâce à cette antenne affichée au prix de 34 dollars via une plateforme de financement participative, la patate se transforme aussi en assistant virtuel auquel l’utilisateur peut poser des questions via une app dédiée et ainsi obtenir des réponses préprogrammées.

On l’aura compris, ce vrai faux projet est en fait une blague. Elle se veut une critique des excès et des innovations absurdes que l’on peut trouver chaque année au salon CES mais aussi un pied de nez à son organisation. Nicolas Baldeck a en effet détaillé la facilité avec laquelle il a réussi à obtenir un stand au CES. Le plaisantin n’a eu qu’à remplir un formulaire et à payer 1000 dollars. «J’ai simplement expliqué en quoi POTATO était un objet connecté doublé d’un assistant personnel, à même de recourir à la fois à l’intelligence artificielle et au cloud». Sa blague lui aura tout de même coûté 4000 dollars au total, y compris les frais de transport et de logement.

(man)




Première apparition