vendredi , 23 août 2019
Accueil » Sports » Tour de France : Pinot, Fuglsang, Landa, ils veulent dynamiter le Tourmalet – Cyclisme

Tour de France : Pinot, Fuglsang, Landa, ils veulent dynamiter le Tourmalet – Cyclisme


Pris dans la bordure de lundi dernier, sur la 10e étape du Tour de France, certains favoris ont annoncé que les Pyrénées seraient sujet à de nombreuses attaques. Jakob Fuglsang et Mikel Landa espèrent faire mal, tout comme Thibaut Pinot, qui pourrait profiter de la confiance engrangée dans le chrono pour se rapprocher un peu plus du podium.

C’est un classique du Tour de France qui pourrait bien valoir le détour ce samedi. Le col du Tourmalet et ses 19 kilomètres d’ascension à 7,4% de moyenne devrait être propice à de nombreuses attaques de la part des favoris. Après l’épisode de la bordure lundi dernier (10e étape), où Thibaut Pinot, Jakob Fuglsang, Rigoberto Uran ou encore Mikel Landa ont perdu plus du temps sur Geraint Thomas, Egan Bernal et Julian Alaphilippe, les esprits étaient déjà tournés vers ce col, le premier classé hors-catégorie dans cette édition 2019. « J’ai de la confiance après mon début de Tour. Je sais que j’ai les jambes et je suis impatient. J’ai de la rage en moi et je n’ai qu’une envie, c’est d’être dans les Pyrénées, confiait le coureur de la Groupama-FDJ mardi dernier dans les colonnes de L’Equipe. Je suis encore sous le coup de la déception, et j’y penserai le matin du chrono, et à l’étape du Tourmalet aussi. » 

Déjà hauteur d’une attaque remarquée avec Julian Alaphilippe, Thibaut Pinot pourrait remettre les couverts ce samedi, pour déstabiliser le duo Bernal-Thomas, destiné à faire du marquage dans le col. Une alliance éphémère pourrait même naître entre les « perdants » de lundi, les victimes de la bordure. Avec 1 minute 56 de retard sur Geraint Thomas, le coureur français pourrait mener dans sa roue Jakob Fuglsang, lui aussi très remonté, et qui se sent capable de rivaliser dans les pourcentages du Tourmalet. « J’attends les étapes de montagne avec impatience, et l’équipe et moi-même sommes prêts à nous battre », a-t-il prévenu dans des propos relayés par le site cyclismactu.net. 

La Movistar, facteur X de l’étape

Si Astana et la Groupama-FDJ ont les dents longues, quid de la Movistar ? La formation espagnole a pour l’instant été la plus discrète sur ce Tour, se réservant sans doute pour la montagne, terrain de jeu où elle est plus à l’aise. Derrière Nairo Quintana, 9e à 3’55 » de Julian Alaphilippe, Alejandro Valverde et surtout Mikel Landa pourraient s’amuser à placer des attaques pour déstabiliser Ineos et les Deceunick-Quick-Step. « L’étape de samedi est ma préférée si je devais en choisir une sur le Tour, mais je suis sûr que beaucoup de gens auront la même intention que moi face au Tourmalet », a prévenu le coureur espagnol, au micro de la RTVE. Conforté par les propos de son compère Alejandro Valverde, au même micro: « la montagne arrive désormais. Nous allons voir ce qu’il va se passer, tout en essayant de faire tourner les événements en notre faveur. » Avec respectivement 6′ et 4’29 de retard sur le maillot jaune, les Espagnols peuvent avoir des idées derrière la tête. 

Pour cette première étape de très haute montagne, et une arrivée à 2115 mètres d’altitude, de nombreuses attaques sont sans doute à prévoir. Julian Alaphilippe et ses coéquipîers devront se montrer très costauds s’ils veulent conserver le maillot jaune une journée supplémentaire.




Première apparition

A lire aussi: