lundi , 22 juillet 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Trop d’antibiotiques ? Les solutions de la Cour des comptes

Trop d’antibiotiques ? Les solutions de la Cour des comptes

La consommation d’antibiotiques ne baisse pas en France, au risque de favoriser l’antibiorésistance. Face à ce constat d’échec, la Cour des comptes a proposé une palette de mesures et publie la réponse de la ministre de la Santé. 

La Cour des comptes s’insurge contre les prescriptions toujours plus importantes d’antibiotiques en France. La hausse se poursuit depuis 2005, nous plaçant en 2016 parmi les trois pays les plus consommateurs en Europe. 

Dans un référé adressé le 6 novembre 2018 au ministère de la Santé, la Cour rappelle que 1.300 tonnes d’antibiotiques ont été consommées en France sur l’année 2015, dont 730 pour la santé humaine et 570 en santé animale.

Or, « la prescription massive et inappropriée des antibiotiques contribue non seulement à sélectionner les bactéries de plus en plus résistantes, mais aussi réduit leur efficacité, rendant plus difficile le traitement des patients », rappelle la Cour. La mortalité liée à cette antibiorésistance serait comprise entre 2000 et 12 500 décès par an, en France.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, avait deux mois pour répondre à l’interpellation de la Cour des comptes. Ce fut chose faite le 15 janvier 2019, et les « Sages » ont publié son courrier le 14 février.

Dans sa réponse, la ministre de la Santé reprend point par point les propositions de la Cour des comptes pour réduire la consommation d’antibiotiques.

  • Développer l’usage des tests rapides d’orientation diagnostic (TROD) de l’angine : un simple prélèvement dans la gorge permet de dire si l’infection est bactérienne, ou non. Si elle est virale : pas besoin d’antibiotiques. Agnès Buzyn rappelle que, outre les médecins, les pharmaciens ont désormais la possibilité de proposer ces TROD aux patients et précise : « Nous étudions actuellement les modalités de l’extension de cette mesure. »
  • En pharmacie, dispenser les antibiotiques à l’unité : la mesure est « en cours de mise en place, dans un premier temps sur quelques antibiotiques, parmi les plus prescrits et pour lesquels il existe une présentation adaptée à ce mode de dispensation ; nous devrons en évaluer l’impact avant de l’étendre à d’autres molécules », assure Agnès Buzyn. 
  • Mieux prescrire les antibiotiques grâce aux logiciels utilisés par les médecins : c’est « en cours d’étude avec la Haute Autorité de santé », répond la ministre.

D’autres propositions de la Cour des comptes concernaient la formation des médecins au bon usage des antibiotiques, Agnès Buzyn répond que ce thème figure désormais en bonne place aussi bien au niveau des études médicales qu’en formation continue. 

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: