lundi , 22 avril 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Un géographe alerte sur le manque de maternités en France

Un géographe alerte sur le manque de maternités en France


Dans un article du journal Le Monde, un géographe rapporte les résultats de son étude sur les maternités en France. La France a ainsi perdu 40% de ses maternités en 20 ans, créant d’importantes disparités régionales.


© istock

Alors que l’établissement de Bernay, dans l’Eure, a définitivement fermé ses portes, un géographe dresse cette semaine dans Le Monde un constat alarmant : la France a perdu 40% de ses maternités en 20 ans.

Résultat : le nombre de femmes vivant à plus de 45 minutes de voiture d’une maternité a doublé sur la même période de temps.

Dans le détail, entre le 1er janvier 1997 et le 11 mars 2019, avec 413 fermetures et 73 ouvertures, la France a perdu 338 maternités sur 835 au total. Le nombre de femmes en âge d’avoir un enfant et résidant à plus de 45 minutes d’une maternité est passé de 290 000 à 716 000 en 20 ans. Un chiffre impressionnant qui fait écho aux derniers faits divers relayés par la presse régionale de femmes accouchant chez elles ou dans la voiture du Samu faute d’avoir eu le temps de rejoindre la maternité la plus proche.

Malheureusement, comme d’autres services publics comme les établissements scolaires ou culturels, cette disparité régionale pèse un peu plus sur les zones rurales, sur les petites villes et les villes moyennes qui peinent déjà à attirer de nouvelles familles. En témoigne la carte de France publiée dans Le Monde, qui dévoile les zones les moins bien loties, telles que la zone entre Poitiers et Limoges,  une partie du Doubs, la zone s’étalant entre Grenoble et Marseille, ou encore les zones de haute montagne (Corse, Hautes-Pyrénées, Hautes-Alpes & Alpes-Maritimes).

Au micro de France Inter, Emmanuel Vigneron, le géographe auteur de cette étude, indique qu’il existe actuellement “très peu de normes en termes d’accessibilité des établissements de santé”, et estime que la question de la dangerosité se pose.

Ayant étudié l’effet de la distance sur le recours aux services, il explique que le seuil de tolérance distance-services est généralement fixé à 45 minutes, ce qui fait tout de même 1h30 aller-retour.

S’il souligne que les les maternités qui demeurent sont de plus en plus compétentes, il estime qu’il serait toutefois de bon ton que toutes les femmes aient les mêmes normes en termes d’accessibilité d’une maternité, pour qu’aucune ne soit laissée sur le bas-côté.

Sources : Le Monde ; France Inter

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: