lundi , 22 juillet 2019
Accueil » Actualité » un médecin aurait inoculé le VIH à plus de 400 enfants

un médecin aurait inoculé le VIH à plus de 400 enfants


Un docteur a été arrêté dans la province du Sindh, au sud du Pakistan, après que 430 enfants et 100 adultes aient été testés positifs au VIH, raconte The Guardian. « 60% sont des enfants de moins de 5 ans », explique Sikandar Memon, qui gère le programme anti-sida pour le compte de la province, au journal britannique.

Une seringue contaminée réutilisée

Des centaines de personnes ont été testées positives dans plusieurs villages près de la ville de Larkana ces dernières semaines. Le virus semble avoir été transmis par l’usage répété par le médecin incriminé d’une seringue contaminée. Les enquêteurs affirment que l’homme accusé est lui-même séropositif.

La question  est désormais de savoir s’il était au courant, ou non, de ce qu’il faisait. Emprisonné dans une cellule délabrée dans la ville de Ratodero, il nie avoir inoculé sciemment le virus aux patients et se plaint d’être détenu au côté de criminels de droit commun.

Quand les premières personnes contaminées ont été testées, la panique a envahi la région. La police a par exemple été dépêchée pour maintenir l’ordre dans la foule tendue devant le centre d’analyse mis en place à Wasayo (province du Sindh).

600.000 charlatans actifs au Pakistan

Le pays, dont la population est en croissance rapide, souffre déjà d’un manque d’infrastructures médicales, longtemps négligées par les autorités. Si bien que les communautés rurales pauvres sont particulièrement vulnérables face aux pratiques médicales douteuses.

« Selon certaines données gouvernementales, environ 600.000 charlatans sont actifs dans le pays et environ 270.000 pratiquent dans la province du Sindh », a indiqué l’agence UNAIDS dans un communiqué.

« Des piqûres à plusieurs patients avec une seule seringue »

Des responsables provinciaux du secteur de la santé notent que les patients sont particulièrement exposés aux contaminations et aux virus par le biais d’injections. 

« Pour économiser de l’argent, ces charlatans feront des piqûres à plusieurs patients avec une seule seringue. Cela pourrait être la cause principale de la multiplication des cas », estime Sikandar Memon.

Le Pakistan a longtemps été considéré comme un pays où la prévalence du VIH était faible. Mais le virus se propage désormais à un rythme inquiétant, en particulier chez les toxicomanes et chez les travailleurs du sexe. Avec quelque 20.000 nouveaux cas de séropositivité recensés pour la seule année 2017, le rythme de propagation de la maladie au Pakistan est le 2è plus rapide en Asie, selon des statistiques de l’Onu.




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: