samedi , 20 juillet 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Une crème prometteuse pour le traitement du vitiligo

Une crème prometteuse pour le traitement du vitiligo

S’il n’existe pas de traitement pour guérir définitivement du vitiligo, des chercheurs travaillent actuellement sur une nouvelle crème capable d’améliorer significativement l’état de la peau des patients. Leur essai clinique a démontré une repigmentation chez la moitié des participants testés.


© iStock

Le vitiligo est une maladie de la peau caractérisée par l’apparition de taches blanches et dépigmentées, augmentant en surface et en nombre avec le temps. Selon le site Orphanet, la maladie touche 1 personne sur 50 à 100 de la population mondiale avec 10 à 30% de formes familiales. Celle-ci est provoquée par la perte des mélanocytes qui synthétisent la mélanine, le principal pigment colorant la peau. Le vitiligo peut prendre deux formes. « Dans la forme segmentaire, la moins fréquente, la dépigmentation ne concerne qu’un côté du corps et est circonscrite à une zone délimitée de la peau. Mais le plus souvent le vitiligo est dit non segmentaire : tout le corps peut être touché », affirme l’Inserm.

Les patients ont le choix entre deux types de traitement pour repigmenter la peau : les crèmes, et le rayonnement UV (photothérapie). Des chercheurs de la Tufts Medical Center de Boston travaillent actuellement sur une alternative via un essai clinique de phase II. Celui-ci vise à tester l’efficacité d’une crème d’un nouveau genre à base de ruxolitinib, médicament actuellement utilisé comme traitement par voie orale pour certains troubles sanguins. Les premiers résultats présentés lors du Congrès mondial de dermatologie de Milan indiquent que son application aurait déjà permis une amélioration substantielle des symptômes du vitiligo du visage chez près de la moitié des participants à l’essai.

Des traitements qui peuvent être combinés

Les dépigmentations causées par la maladie peuvent être légères à graves et peuvent se trouver n’importe où sur le corps, bien qu’elles affectent généralement les zones exposées, telles que le visage et les mains. « Malheureusement, le vitiligo est souvent stigmatisé, ce qui peut avoir des conséquences psychosociales importantes pour les patients. Les traitements actuels comme la photothérapie, les crèmes à base de corticostéroïdes et les inhibiteurs de la calcineurine ont une efficacité limitée et le traitement par photothérapie peut être un fardeau pour les patients qui doivent utiliser un dispositif à lumière deux ou trois fois par semaine », explique le Pr David Rosmarin, dermatologue.

En effet, dans le cadre de la photothérapie, la peau du patient est soumise deux à trois fois par semaine à un rayonnement UVB, administré en cabine ou bien par lampe ou laser Excimer. Dans cette étude d’une durée de deux ans, la plus grande jamais réalisée sur cette maladie, 157 patients répartis sur 30 sites aux Etats-Unis ont été recrutés. Les participants ont reçu une application topique quotidienne ou deux fois par jour de ruxolitinib ou d’un placebo sur la zone de peau affectée par le vitiligo. Environ la moitié des patients traités avec la dose la plus élevée de cette crème ont montré une amélioration statistiquement significative du vitiligo facial de près de 50%, contre 3% chez le groupe placebo.

Les effets secondaires constatés ont été légers, avec des rougeurs, de l’acné et des irritations. « Le ruxolitinib pourrait changer la façon dont le vitiligo est soigné. Non seulement il est efficace pour repigmenter la peau, mais il présente également un excellent profil d’innocuité », ajoute le Dr David Rosmarin. Les chercheurs se disent optimistes quant au fait que de nombreux patients pourraient bénéficier d’une réponse encore meilleure avec une utilisation continue de cette crème sur une longue période, associée à la photothérapie et à l’exposition au soleil. « Nous espérons que ce traitement changera la donne pour les millions de personnes touchées par le vitiligo dans le monde », concluent-ils.

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: