mardi , 20 août 2019
Accueil » Actualité » Venezuela: Maduro favorable à des élections législatives anticipées « cette année »

Venezuela: Maduro favorable à des élections législatives anticipées « cette année »

INTERNATIONAL – Le président vénézuélien Nicolas Maduro s’est déclaré ce samedi 2 février favorable à la tenue d’élections législatives anticipées dans le courant de cette année, alors qu’elles sont prévues en 2020 et que le Parlement est actuellement contrôlé par l’opposition.

L’Assemblée constituante, fidèle au pouvoir en place, appelle à « des élections législatives anticipées cette année (…) Je suis d’accord et je m’engage en faveur de cette décision », a déclaré Nicolas Maduro devant des milliers de partisans rassemblés à Caracas.

Le Parlement est justement la seule institution contrôlée par l’opposition, même si dans les faits l’essentiel de ses prérogatives a été confisqué par une Assemblée constituante uniquement composée de partisans du chef de l’Etat. Le mandat actuel des députés, élus fin 2015, va de janvier 2016 à janvier 2021. Les prochaines élections législatives doivent normalement avoir lieu fin 2020.

Un pays qui s’enfonce dans la crise

Le Venezuela, pays pétrolier qui fut le plus riche d’Amérique latine, connaît ces jours-ci la une des pire crise de son histoire: deux hommes se disputent le pouvoir, Nicolas Maduro, qui n’est pas reconnu par une partie de la communauté internationale, et l’opposant Juan Guaido, soutenu par les Etats-Unis, la plupart des Etats latinoaméricains et certains pays européens.

Ce dernier, qui préside le Parlement, s’est proclamé le 23 janvier « président en exercice » du pays, promettant un « gouvernement de transition » et « des élections libres ».

Le 30 janvier, Maduro s’était déjà dit prêt à organiser des législatives anticipées mais s’était opposé à une nouvelle présidentielle, expliquant qu’elle venait d’avoir lieu.

Le nouveau mandat de six ans de Nicolas Maduro a commencé officiellement le 10 janvier. Il est contesté par l’opposition, qui dénonce des pressions sur les électeurs et une forte abstention lors du scrutin présidentiel du 20 mai, et n’est pas reconnu par une bonne partie de la communauté internationale.

À voir également sur Le 4Suisse:


Première apparition

A lire aussi: