dimanche , 26 mai 2019
Accueil » Actualité » WhatsApp (encore) victime d’une faille de sécurité majeure

WhatsApp (encore) victime d’une faille de sécurité majeure

SOPA Images via Getty Images

Une entreprise israélienne de sécurité informatique serait à l’origine de l’attaque. 

TECHNO – Des hackers ont profité d’une faille de sécurité dans l’application de messagerie WhatsApp pour espionner les téléphones de ses utilisateurs. En cause: un logiciel espion capable de s’installer après un simple appel. Et ce même si la victime n’a pas pris la peine de répondre.

La messagerie appartenant au groupe Facebook a indiqué “qu’il est encore trop tôt pour estimer le nombre de smartphones infectés”, précisant qu’un correctif a été publié ce lundi 13 mai.

Interrogé par le site américain Ars Technica, un responsable de WhatsApp précise que la faille a été découverte début mai. N’importe quel smartphone – qui fonctionne sous Android ou iOS – a donc pu être piraté entre cette période. Pour se prémunir de la menace, les utilisateurs sont invités à mettre l’application à jour dans les plus brefs délais.  

Une entreprise israélienne pointée du doigt

Mais qui est le responsable de l’attaque? Selon l’application aux 1,5 milliard d’utilisateurs, une société privée israélienne serait le suspect numéro un. 

Le Financial Times a cité un vendeur de logiciels d’espionnage affirmant que ce logiciel espion avait été mis au point par NSO Group, une entreprise israélienne accusée d’aider des gouvernements du Moyen-Orient au Mexique à espionner des militants et des journalistes.

NSO Group est aussi connu pour avoir mis au point le logiciel Pegasus, un logiciel malveillant capable de contrôler à distance des téléphones. 

La société de sécurité informatique a de son côté réagi dans un communiqué en affirmant que sa technologie est “commercialisée par l’intermédiaire de licences à des gouvernements dans le seul objectif de combattre la criminalité et le terrorisme”.

En 2018, le spécialiste israélien de la cybersécurité CheckPoint avait annoncé avoir découvert une brèche sur l’application de messagerie instantanée, permettant de lire et de modifier des messages envoyés. 


Première apparition

A lire aussi: