vendredi , 22 mars 2019
Accueil » Sports » XV de France : « Brunel ? Je cherche encore l’expérience… », persifle Novès – Rugby

XV de France : « Brunel ? Je cherche encore l’expérience… », persifle Novès – Rugby



Violemment attaqué par l’avocat de la FFR devant le tribunal des prud’hommes, Guy Novès a passé ses nerfs sur son successeur à la tête du XV de France. Sans oublier le duo Laporte-Simon, « mes gros problèmes », comme il les qualifie.

On savait que ce serait violent, on n’est pas déçu… Le règlement du litige qui oppose Guy Novès à la Fédération française de rugby (FFR), suite au licenciement pour « faute grave » de l’ancien sélectionneur du XV de France en décembre 2017, s’avère même sanglant, et l’audience qui s’est tenue jeudi, devant le tribunal des prud’hommes de Toulouse, en a donné un aperçu assez navrant.

Alors qu’une décision sera rendue le 8 avril prochain dans ce dossier, Novès, présent lors de cette passe d’armes par avocats interposés (à la différence de Bernard Laporte et de Serge Simon), a pu vider son sac sur les ondes de RTL, après l’entreprise de démolition dont il a été l’objet durant 45 minutes de plaidoirie. « Être assis sur une chaise à écouter un tel tissu de mensonges, objectivement ce n’est pas facile. Dire que je suis quelqu’un qui se prend pour quelqu’un d’autre, cela me touche beaucoup. Ceux qui me connaissent peuvent avoir leur propre avis. Si mon orgueil était aussi démesuré que l’on veut bien le dire, je n’aurais pas vécu quarante ans dans ce milieu du rugby avec au moins trois générations de joueurs. » De ses ex-employeurs à son successeur au chevet des Bleus, tous en ont pris pour leur grade…

Laporte et Simon

« Ils sont mes gros problèmes, personnellement. Je ne sais pas pourquoi j’ai accepté de travailler avec eux. Ce que je regrette le plus, c’est d’avoir accepté de bosser avec eux pendant un an. Les propos de Bernard Laporte ne correspondaient pas à la réalité. Il me tenait des propos et faisait rapidement le contraire. Serge Simon a eu plusieurs interventions que l’on peut qualifier d’ingérences dans mon travail. J’ai compris que, progressivement, ils préparaient mon éviction. J’ai le sentiment que c’était programmé. Laporte est pour moi un gros problème oui, pour moi, personnellement. Moi j’ai toujours eu du respect pour Bernard Laporte, en tout cas quand je travaillais avec lui. Maintenant, ce respect, il est un peu loin. »

Brunel

« Quand moi je perdais, on disait c’est une catastrophe… Effectivement il y a deux poids, deux mesures. Quand vous entendez: « On finit 4e (le classement à l’issue du Tournoi 2018, le premier de l’ère Brunel), c’est mieux que l’année dernière », alors que l’année dernière on finit 3e (Tournoi 2017, le dernier sous les ordres de Novès) c’est un peu compliqué à entendre. (…) Jacques Brunel est ce qu’il est. Il est très ami avec Bernard Laporte, il était son adjoint avec le XV de France (de 2001 à 2007, ndlr). Après, il est ce qu’il est. Il a une très grande expérience avec l’Italie, il a gagné un titre de champion de France avec Perpignan, et puis voilà… J’avoue que je cherche encore l’expérience… Je ne veux pas comparer les résultats, mais aujourd’hui le fait est que les résultats sont moins bons. Le XV de France va plus mal depuis que je suis parti. Il n’y a pas de satisfaction, ni de plaisir quelconque. Ces résultats m’attristent pour les joueurs. Je vois des choses qui ne me correspondent pas, des attitudes. On a l’impression qu’ils ne savent pas où aller. »




Première apparition

A lire aussi: